2018 – Récipiendaire

Le seizième prix du prix commémoratif annuel de la sécurité des instructeurs de vol David Charles Abramson pour l’année 2018 était:

WAYNE L. CAVE OF CHINOOK HELICOPTERS, ABBOTSFORD, BC

14 novembre.

Wayne L. Cave de la division d’hélicoptères à voilure fixe de Chinook Abbotsford, B.C.

M. Cave est pilote depuis l’âge de dix-sept ans. L’instruction en vol est rapidement devenue sa passion; son investissement et ses compétences de pédagogue hors-pair sont une évidence. Ses quatorze années passées chez Coastal Pacific, B.C. lui ont permis d’élaborer et d’actualiser divers programmes d’études post-secondaires pour le baccalauréat en administration des affaires de l’aviation (BBAA). Il a personnellement influencé la formation en matière de sécurité d’un grand nombre de pilotes qui ont suivi une formation à Abbotsford. A présent il travaille chez Chinook Helicopters, à  Abbotsford, B. C., où il a créé la section à voilure fixe. Sa déontologie professionnelle et son souci permanent de la sécurité sont irréprochables.

Une citation du récipiendaire de cette année:

THE IMPORTANCE AND BENEFIT OF THIS AWARD IS TO RECOGNIZE THOSE WHO ARE PASSIONATE ABOUT FLIGHT INSTRUCTING AND WHO WORK TOGETHER TO IMPART THEIR CUMULATIVE KNOWLEDGE ONTO STUDENTS ACROSS THE COUNTRY.

TO HAVE AN AWARD THAT ACKNOWLEDGES THE INDIVIDUALS WHO ARE TRAINING THE NEXT GENERATION OF PILOTS IS A BENEFIT TO THE ENTIRE AVIATION COMMUNITY.”

Last year’s recipient 2018 – Wayne Cave being presented with his congratulatory letter and signed lithograph from Canadian Forces Snowbirds, by Cathy Press, CEO & Owner of Chinook Helicopters, BC.

Presentation of the 2018 DCAM Flight Instructor Safety Award to Wayne Cave, Chinook Helicopters, BC by Adam Wright, Captain, Air Transat, (in the absence of founder Jane Abramson)

Past recipients of the ‘DCAM’ who were in attendance along with Wayne Cave.

Adam Wright presenting Essential Turbines cheque to Wayne Cave.

Wings & Helicopters presentation by Adam Wright, to Wayne Cave

Flight Safety’s presentation by Gail Greenwood, Sales Manager, Toronto to Wayne Cave.

Seneca College’s presentation by Lynne McMullen, Director Business Development, School of Aviation, to Wayne Cave.

Wayne Cave’s presentation by Adam Wright, Cpt. Air Transat, of an aviator’s watch, from Hamilton watches.

Toutes les photos sont une gracieuseté de Mike Doiron.

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

2017 – Récipiendaire

Le 7 novembre-

Luke Paul Penner de Harv’s Air, Winnipeg, Manitoba

C’est un aviateur hors-pair et un pilote accompli; un instructeur de vol et de voltige aérienne de grand talent qui est convaincu que même une petite expérience de vol acrobatique peut rendre un pilote plus compétent et plus sûr.

Il a dit : « Personnellement j’ai tenu à explorer totalement l’enveloppe de vol en participant à des compétitions de voltige aérienne pour arriver à un pilotage précis et rigoureux. Mon espoir est de servir d’exemple à des pilotes qui réaliseront tout leur potentiel et seront plus sûrs ».

Cet instructeur de vol a fini premier de sa catégorie aux championnats nationaux de vol acrobatique aux USA en 2016.

                                                               

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

2015 – Récipiendaire

La 13e récipiendaire de l’instructeur de vol annuelle DCAM Safety Award pour l’année 2015 a été:

Catherine Lynn Press de Chinook Helicopters, Colombie Britannique.

Catherine est titulaire à la fois d’une licence de pilote privé d’aéronef à voilure fixe et d’une licence d’hélicoptère; elle a été la première femme au Canada à obtenir une qualification d’instructeur sur hélicoptère et est la seule pilote d’hélicoptère à avoir une licence chinoise.

Ses contributions à l’aviation au fil des ans ont été remarquables, notamment dans le domaine de la formation au pilotage d’hélicoptère où elle a excellé en tant qu’instructrice, pilote-examinatrice et dirigeante d’entreprise.

Nombreux sont ceux qui estiment que les bons résultats en matière de sécurité pour les vols commerciaux d’hélicoptères dans tout l’ouest canadien sont largement dus à la grande qualité de la formation dispensée par Catherine Press et son équipe à Chinook Helicopters. »

L to R  - Rikki Abramson Co-founder, Catherine Press Recipient, & Jane Abramson Co-founder.  Photo  courtesy of Mike Doiron.

L to R – Rikki Abramson Co-founder, Catherine Press Recipient, & Jane Abramson Co-founder. Photo courtesy of Mike Doiron.

L to R – Wayne Gouveia, VP General & Commercial Aviation, ATAC ; Clayton Reid, Heli-Pilot, Chinook Helicopters, ( husband of C. Press,  holding  her Keeper-Trophy,) Catherine Press Recipient,  Jane & Rikki Abramson Co-founders. Photo  courtesy of Mike Doiron.

L to R – Wayne Gouveia, VP General & Commercial Aviation, ATAC ; Clayton Reid, Heli-Pilot, Chinook Helicopters, ( husband of C. Press, holding her Keeper-Trophy,) Catherine Press Recipient, Jane & Rikki Abramson Co-founders. Photo courtesy of Mike Doiron.

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

Approches instables

Kathy-FoxLa Liste de surveillance 2014 du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) souligne les enjeux qui font courir les plus grands risques à la sécurité du système de transport du Canada. L’un de ces enjeux concerne le risque d’avoir un accident durant l’approche et l’atterrissage. Au Canada, de 2009 à 2013, il y a eu chaque année, en moyenne, 150 accidents à l’approche et à l’atterrissage mettant en cause des aéronefs immatriculés au Canada.

Tôt dans leur formation, les pilotes apprennent qu’une approche stable est un facteur clé qui contribue à un atterrissage réussi. Une approche est considérée stable lorsque les critères suivants sont réunis  à une certaine altitude-sol (habituellement 500 pieds dans des conditions de vol à vue et 1000 pieds dans des conditions météorologiques de vol aux instruments) :

•    L’aéronef se trouve sur la bonne trajectoire de vol;
•    Seules des rectifications mineures au cap/tangage sont requises pour maintenir la bonne trajectoire de vol;
•    La vitesse d’approche est appropriée en fonction du poids de l’aéronef et des conditions environnementales, et se situe dans une plage de variation acceptable;
•    L’aéronef présente la bonne configuration d’atterrissage;
•    La vitesse verticale de descente convient au type d’aéronef et n’excède pas 1000 pieds/minute;
•    Le réglage de puissance de l’aéronef est approprié en fonction de sa configuration et n’excède pas la puissance minimale d’approche définie dans le manuel d’utilisation de l’aéronef;
•    Tous les breffages et toutes les listes de vérifications ont été effectués.

Le BST a mené plusieurs enquêtes sur des événements au cours desquels la poursuite d’une approche instable s’est soldée par un atterrissage avant la piste, un contact queue-sol ou une sortie de piste. « Une approche trop haute, et une descente trop abrupte et trop vite » est un thème récurrent. Selon les études , de 3,5 % à 4 % de toutes les approches sont instables. De celles-ci, 97 % se poursuivent jusqu’à l’atterrissage, tandis que seulement 3 % donnent lieu à une remise des gaz. Le BST a recommandé que Transports Canada exige que les exploitants assujettis à la sous-partie 705 du Règlement de l’aviation canadien surveillent les approches non stabilisées qui se poursuivent jusqu’à l’atterrissage et en réduisent la fréquence. Des recherches plus poussées sont nécessaires pour déterminer pourquoi les pilotes poursuivent des approches instables malgré les procédures normalisées des compagnies relatives aux critères d’approches stables et les politiques non-punitives visant la remise des gaz.  

Lorsque les élèves-pilotes apprennent à effectuer un atterrissage, il n’est pas rare qu’ils s’écartent de temps en temps de ce que l’on considère une « approche stable ». Il arrive souvent que l’instructeur de vol doit déterminer jusqu’où il peut laisser aller l’élève-pilote – à savoir si l’élève-pilote doit apprendre comment récupérer l’approche et l’atterrissage afin d’améliorer ses aptitudes et sa confiance plutôt que d’effectuer une remise des gaz et de réessayer à nouveau. Mike Cunningham, enquêteur principal, enquêtes aéronautiques, a récemment affiché un billet sur le blogue du BST dans lequel il écrit : « [S]ouvent, à cause de contraintes de temps, d’argent, et dans des conditions météorologiques que nous jugeons suffisantes, nous permettons aux élèves-pilotes de poursuivre l’approche. Pis encore, il arrive même que nous prenions les commandes de l’aéronef pour leur montrer comment les pilotes chevronnés s’y prennent. » Est-ce qu’enseigner aux élèves-pilotes qu’ils – ou que leurs instructeurs – peuvent tout de même récupérer une approche et effectuer un atterrissage en toute sécurité (la plupart du temps aux commandes d’un petit appareil lent sur une piste relativement longue et sèche) favorise une culture dans laquelle les remises des gaz sont à éviter? S’ils poursuivent une carrière en aviation comme pilotes professionnels, et qu’ils effectuent des vols dans des conditions plus difficiles, est-ce qu’ils continueront de penser de cette manière?

En tant qu’instructrice de vol, je crois que le renforcement des habiletés de base (c’est-à-dire, maintenir une assiette, effectuer des virages en descente à la vitesse indiquée et à au taux de descente assigné) doit se faire dès que possible et de façon régulière pendant la formation. Cela aide les élèves-pilotes à développer des habiletés qui leur sont très utiles pour apprendre à effectuer des approches stables et des atterrissages sécuritaires. Lorsque l’approche ne se déroule pas comme prévu – il faut encourager la bonne prise de décision en ce qui concerne les approches instables et insister sur les avantages d’une remise des gaz bien exécutée.

 

KATHY-FOX-2014 Author
Kathy Fox

Présidente / Bureau du président(e)
Bureau de la sécurité des transports du Canada /
Gouvernement du Canada

 

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

Les cours de perfectionnement pour les instructeurs : une façon d’améliorer la sécurité aérienne tout en renouvelant une qualification

par Michael Schuster, conseiller principal, Aviation Solutions

En juin 2010, plus de 3 000 qualifications d’instructeur de vol étaient en vigueur au Canada1. Tout comme les qualifications aux instruments et les contrôles de la compétence du pilote (CCP), la qualification d’instructeur n’est pas valide indéfiniment et doit être renouvelée. Il existe 4 classes liées à cette qualification, chacune fournissant plus de privilèges que la précédente, compte tenu de l’expérience et des qualifications additionnelles qu’acquièrent les inspecteurs avec les années.

Bon nombre d’instructeurs choisissent de renouveler leur qualification en subissant un test en vol, mais il existe plusieurs autres options. Conformément à l’article 421.66 de la norme du Règlement de l’aviation canadien (RAC), il est possible, entre autres, de renouveler une qualification en suivant des cours de perfectionnement pour les instructeurs de vol. Comme bien des instructeurs ne sont pas au fait de cette possibilité ou hésitent à y avoir recours, regardons d’un peu plus près en quoi ils consistent.

Ces cours ont vu le jour en 1951 à la suite d’une initiative de Transports Canada (TC). Au fil des ans, le programme a été maintes fois modifié avant de prendre fin en 2007. Par la suite, TC a autorisé le milieu de la formation au pilotage à offrir de tels cours, selon la Circulaire d’information de l’Aviation générale no 421-001.

Comme il est mentionné dans cette circulaire, « La sécurité des vols au Canada dépend de la compétence des pilotes et du système qui les encadre. La compétence des pilotes dépend à son tour de la qualité du système qui les forme […] »2.

La communauté des instructeurs doit se poser la question suivante : une fois la formation initiale offerte aux instructeurs, dans quelle mesure leur permettons-nous de continuer à apprendre? Dans bien des cas, un pilote titulaire d’une licence qui obtient sa qualification d’instructeur a été formé par un ou deux instructeurs possédant une qualification de vol de classe 1, et continue d’assumer les mêmes fonctions une fois sa qualification obtenue. Son champ d’expérience est donc plutôt limité. Souvent, après une année ou deux d’enseignement, les circonstances ne se prêtent plus à l’apprentissage de nouvelles connaissances et ne favorisent plus l’amélioration des techniques d’enseignement. De plus, toute lacune sur le plan des connaissances et toute mauvaise habitude acquise peuvent ne pas être corrigées pendant des années.

En plus de permettre le renouvellement d’une qualification d’instructeur, ces cours constituent un excellent moyen d’assurer une formation continue, laquelle vient contrer les problèmes mentionnés ci-dessus. Ces cours rassemblent des instructeurs de partout au Canada et peuvent accueillir de 6 à 30 participants. Ils permettent à chaque participant de tirer profit des techniques, des idées, des systèmes de sécurité et des considérations liées aux opérations présentés par d’autres personnes. Les antécédents et l’expérience diversifiés des participants sont propices au partage des connaissances et à la création d’un réseau de soutien entre pairs. Les instructeurs peuvent transmettre les connaissances acquises aux membres de leur unité de formation au pilotage (FTU) et contribuer ainsi à l’amélioration des opérations.

Le thème des pratiques exemplaires est au cœur du contenu des cours de perfectionnement. Les participants peuvent prendre part aux conférences, aux discussions ou exercices au sein de petits ou de grands groupes, aux jeux de rôle, à l’analyse de scénarios et peuvent préparer leurs propres exposés. Les cours sont très interactifs et l’échange d’information ne se veut pas à sens unique.

Instructeurs mettant en pratique de bonnes techniques d’exposés avant vol au cours d’une séance de jeux de rôle

Instructeurs mettant en pratique de bonnes techniques d’exposés avant vol au cours d’une séance de jeux de rôle

Le contenu du cours est axé sur l’apprentissage de nouvelles compétences et connaissances. Bien des instructeurs à qui des propriétaires d’aéronefs privés avaient demandé de leur enseigner à piloter en IFR ont constaté avec surprise que ces aéronefs étaient équipés d’un système de poste de pilotage intégré ou d’un cockpit à écrans cathodiques. Il est aussi fort possible qu’au moment de leur formation initiale, ils n’aient jamais reçu d’information sur la façon d’utiliser cet équipement. Selon la National Transportation Safety Board : [traduction] « Dans son ensemble, la fiche de sécurité des monomoteurs avec cockpit à écrans cathodiques n’est pas meilleure que celle des aéronefs utilisant une avionique traditionnelle; par contre, le taux d’accidents mortels lié à leur utilisation est plus élevé. »3 Le cours de perfectionnement vise à permettre aux instructeurs non seulement de revoir certaines notions, mais également d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences.

Les modules du cours de perfectionnement sont enseignés par des instructeurs de vols, des pilotes-examinateurs et des experts du milieu aéronautique chevronnés. Ainsi, au cours des séances portant sur l’espace aérien, l’ADS-B (surveillance dépendante automatique en mode diffusion) et la RNAV (navigation de surface), NAV CANADA peut demander à un contrôleur de participer à la séance et TC peut envoyer un représentant pour discuter de la mise en œuvre de systèmes de gestion de la sécurité (SGS) dans les FTU.

Chaque cours comprend une série de sujets qui lui sont propres, et des renseignements additionnels sont disponibles sur les sites Web des prestataires de cours. D’autres sujets sont communs, notamment les suivants : supervision des instructeurs; contrôle d’exploitation; points faibles sur le plan des essais en vol; formation à l’aide de scénarios. Le fil conducteur de tous ces modules est de montrer aux instructeurs comment ils peuvent en plus d’améliorer la qualité de leur travail, accroître le niveau de sécurité tant pour leurs élèves et eux-mêmes que pour le milieu aéronautique dans son ensemble. Afin que la matière enseignée demeure pertinente et d’actualité, le contenu du cours comprend des exemples représentatifs de la réalité.
Ainsi, le volet sur les facteurs humains peut traiter de la formation offerte aux étudiants qui font l’apprentissage de l’anglais comme langue seconde. Quelles sont les statistiques relatives à leur dossier en matière de sécurité? Quelles sont les pratiques qui se sont révélées efficaces pour améliorer la sécurité dans cet environnement? Quelles sont les techniques d’enseignement les plus efficaces? Ces thèmes, bien qu’ils puissent paraître complexes, sont conçus pour s’appliquer à toutes les qualifications d’instructeur, même celles de classe 4. Ces cours sont parfaits pour les instructeurs qui ne sont pas constamment actifs dans le domaine mais qui désirent conserver leur qualification, puisqu’ils leur permettent de se tenir au courant des derniers changements et des dernières tendances et innovations en formation au pilotage.

TC a établi des directives détaillées pour quiconque veut devenir un fournisseur autorisé de cours de perfectionnement pour les instructeurs. Tout comme pour les autres exploitants, leurs documents et programmes de formation sont examinés et leurs cours font l’objet de vérifications. Il existe actuellement au Canada plusieurs prestataires de cours approuvés.4

La formation au pilotage est une composante importante du milieu aéronautique, et les instructeurs de vol sont des professionnels dont l’apprentissage devrait être continu. Pendant un essai en vol, plutôt que de vous limiter aux compétences que vous avez déjà acquises, cherchez à améliorer continuellement vos connaissances et compétences. Avant le prochain renouvellement de votre qualification, vous voudrez peut-être participer à l’un de ces cours de formation continue. Ils constituent l’un des meilleurs moyens pour améliorer tant la qualité que le niveau de la sécurité dans le milieu de la formation au pilotage au Canada.

NDLR : Michael Schuster est un instructeur de classe 1, titulaire d’une licence de pilote de ligne et prestataire autorisé de cours de perfectionnement pour les instructeurs de vol. Pour de plus amples renseignements, consultez le site au www.aviationsolutions.net/instructor.php ou envoyez un courriel à mjs@aviationsolutions.net.

1 www.tc.gc.ca/fra/aviationcivile/normes/generale-personnel-stats-stats-2300.htm
2 Circulaire d’information de l’Aviation générale no 421-001, juin 2010
3 Aviation International News, avril 2010
4 http://wwwapps.tc.gc.ca/Saf-Sec-Sur/2/FTAE-FVEA/TraWeb.aspx?l=F

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

2014 – Recipiendaire

SHERRY COOPER, ACADEMIE D’AVIATION DE SKY WINGS

« Sherry Cooper est un mentor et un exemple à suivre pour les femmes dans le secteur du pilotage. Elle s’est totalement consacrée à la promotion de l’aviation au sein de la communauté de l’Alberta et au-delà. A de très nombreuses reprises, elle a contribué à l’aviation dans ce secteur au cours des dernières années, siégeant à divers conseils. Son enthousiasme à voler et son désir de faire partager son expérience enrichissante s’inscrivent au coeur même de sa vie professionnelle et personnelle. Lauréate cette année, elle a déclaré : « ce prix vient récompenser ma vie dans l’aviation, ma philosophie de l’enseignement et marque un sommet dans ma carrière ».

Sherry Cooper 2014 DCAM destinataire avec Keith (KO) Ostertag, 2014 'Legacy' DCAM lauréat du prix, également présent dans la photo sont des anciens lauréats du DCAMAWARD qui étaient présents à l'AGA & Convention de l'ATAC.

Sherry Cooper 2014 DCAM destinataire avec Keith (KO) Ostertag, 2014 ‘Legacy’ DCAM lauréat du prix, également présent dans la photo sont des anciens lauréats du DCAMAWARD qui étaient présents à l’AGA & Convention de l’ATAC. (photo courtoisie de Mike Doiron)

Photos courtoisie de Mike Doiron.

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

2013 – Récipiendaire

Le onzième lauréat du prix commémoratif David Charles Abramson est :

CHRIS WALSH, de MONCTON FLIGHT COLLEGE

Chris Walsh a apporté une contribution précieuse à la création et au fonctionnement de l’organisme de formation agréé du Moncton Flight College et ensuite au lancement de la licence de pilote en équipage multiple. Il a toujours fait preuve d’un grand professionnalisme, d’un fort engagement et d’une excellente compréhension des complexités liées au fonctionnement de l’unité de formation au pilotage dans un environnement sûr et productif.

De gauche a droite : Patrick Coulter, Chris Walsh, récipiendaire, Moncton Flight College, Jane Abramson, co-fondateur. (photo : Mike Doiron)

De gauche a droite : Wayne Gouveia, ATAC, Chris Walsh, récipiendaire; Orville Hewitt, Cooking Lake Aviation Academy, AB. (photo: Mike Doiron)

De gauche a droite : Thomas Sandrin, Hamilton Watches; Orville Hewitt, Cooking Lake Aviation Academy, AB. (photo : Mike Doiron)

De gauche a droite : Jane Abramson présent le cheque do notre commanditaire Essential Turbines au récipiendaire de l’année 2014 Chris Walsh.

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

2013 – Mentions Honorables

Reconnaissance spéciale 2013 a été donné à DEANNA Wiebe, professeur adjoint de l’aviation, de l’Université Mount Royal, Calgary; elle est le destinataire de l’atelier Systèmes gestion de la sécurité, parrainé par l’ATAC, facilitée par Mike Doiron, de Doiron Aviation Consulting.

HEATHER PHILPOTT; Assistante chef instructeur de vol, la formation au pilotage de Gander, en tant que candidat méritant, a reçu un instructeur de vol de trois jours Cours de recyclage, parrainé par le Collège Seneca.

RICK WILLMSa été reconnu et a reçu une montre de Aviator gravé de notre commanditaire montres Hamilton.

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

2012 – Récipiendaire

Le dixième lauréat du prix commémoratif David Charles Abramson est :

PAUL E. HARRIS DU PACIFIC FLYING CLUB.

Innovateur en matière d’instruction de pilotage, il a accumulé plus de 12 000 heures au cours de vingt années d’expérience. Sa plus grande contribution à la sécurité de l’aviation, c’est la prochaine génération d’instructeurs de vol qu’il a formés. Il est convaincu qu’il faut faire preuve d’initiative, et c’est cet esprit qu’il cultive parmi ses étudiants.

Il aime se fixer des objectifs exigeants, convaincu, comme je le suis moi-même, que le pilote le plus sûr est celui qui a été formé aux normes les plus strictes et qui cherche à exceller dans sa discipline. Il pense que, outre l’enseignement, il doit veiller à la formation des formateurs de vol pour vraiment faire la différence à long terme.

Paul est le directeur des opérations de vol à Pacific Flying Club

De gauche a droite : Clark Duimel, récipiendaire 2005, Paul Harris, récipiendaire 2012; Kathleen Fox, récipiendaire 2011; Bob Henderson, récipiendaire 2008.

De gauche a droite : Paul Harris, présenté avec montre Hamilton, par Clark Duimel.

De gauche a droite : Wayne Gouevia, vice-président Commercial General Aviation et vice-président Prairie & Northern, ATAC; Paul Harris,récipiendaire et Rikki Abramson.

Certains promoteurs du DCAM et les bénéficiaires.

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

2012 – Mention Honorable

Le prix de RECONNAISSANCE SPÉCIALE 2012 a été décerné à deux candidats émérites de la DCAM :

Patrick Lafleur, un instructeur de vol en hélicoptère, instructeur en chef de vol, Passport-Helico, Québec, est le récipiendaire de l’atelier axé sur les Systèmes de gestion de sécurité parrainé par l’ATAC.

“Suite a la reconnaissance de M. Patrick Lafleur par le comité DCAM en 2012 dernier, il m’a permis d’assister au séminaire de formation sur le SGS en son nom a Toronto en Octobre 2014.  Ce séminaire m’a permis de mieux comprendre le développement et la mise en application du system SGS pour notre société.  Ce fu tune semaine particulièrement instructive et notre consultant M. Doiron a été très intéressant.”

Stephan Grenier
CFI & SGS Manager,
Chef Instructeur et gestionnaire de la securite,
Passport Helico,   Mascouche, Qc.  

Chris Walsh, directeur de formation, directeur de la division Qualité & sécurité corporative au Moncton Flight College, N.-B., est l’heureux gagnant d’un cours de perfectionnement en instruction de vol d’une durée de trois (3) jours, parrainé par Seneca College, une école d’aviation.

Chris Walsh, directeur de formation, directeur de la division Qualité & sécurité corporative au Moncton Flight College, N.-B.

Kathleen (Kathy) Fox: « La reconnaissance de recevoir le prix DCAM reflèterait également sur RFC, la direction et le personnel qui ont acquis une excellente réputation en matière de sécurité et de formation professionnelle et intéressante. J’espère également que ce prix serait un signe d’encouragement envers les pilotes seniors et expérimentés afin de continuer à faire partager leur expertise de manière significative dans la formation et le mentorat de nouveaux pilotes. »

Mr. Orville Hewitt, Instructeur de vol en chef et président-directeur général de Cooking Lake Aviation Academy en Alberta, s’est vu décerné une mention honorable en reconnaissance de son excellence tout au long de sa carrière en instruction de vol.

Il était heureux de recevoir un casque d’écoute de pilote à la fine pointe de la technologie de la compagnie Sennheiser Canada.

Orville Hewitt, Instructeur de vol en chef et président-directeur général de Cooking Lake Aviation Academy en Alberta.

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

2011 – Récipiendaire

Le 9ème lauréat du Prix commémoratif David Charles Abramson Instructeur de vol – sécurité aérienne pour 2011 a été attribué à :

KATHLEEN (KATHY) FOX, DU ROCKCLIFFE FLYING CLUB.

« L’aviation, la sécurité et l’enseignement ont fait partie intégrante de ma vie et de ma carrière; je suis une pédagogue dans l’âme », dit notre lauréate de 2011, qui représente ce qui se fait de mieux dans l’aviation générale. Au cours de sa carrière, longue et remarquable, de nombreux honneurs lui ont été rendus ; elle a notamment reçu la médaille d’anniversaire de la reine Elizabeth II pour services rendus au parachutisme sportif au Canada et elle a été intronisée au Panthéon de l’air et de l’espace du Québec. La FAA lui a fait l’honneur tout particulier de donner son nom à un repère d’approche (« KFOXX ») à Massena, New-York, preuve de la reconnaissance et du respect de la FAA pour les services qu’elle a rendus à NAV Canada.

En tant que membre du Bureau de la sécurité des transports du Canada, elle transmet, à ses collègues et à ses étudiants au Rockcliffe Flying Club, un enseignement tiré des rapports d’enquête publiés; elle place son enseignement sous le signe de la sécurité en tant qu’instructeur de vol. Tous ceux qui la connaissent disent d’elle qu’elle est une formidable enseignante, tout en étant également une remarquable étudiante, cherchant toujours à apprendre plus.

De gauche a droite : co-foundateur Jane Abramson, Kathleen Fox et John McKenna Président et CEO d’ATAC.

 

 

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

2011 – Mention Honorable

Des mentions spéciales de reconnaissance ont été soulignées aux finalistes suivants :

Jonathan Isaac, Officier en sécurité aérienne & instructeur de vol senior, Brampton Flight College en Ontario. Jonathan est un candidat qui mérite d’être invité à participer aux activités de formation offertes au Centre d’apprentissage Flight Safety Canada à Toronto.

Tahara MacDonald, directrice des Services d’instruction en vol, Moncton Flight College au Nouveau-Brunswick, est l’heureuse gagnante d’un cours de perfectionnement en instructeur de vol d’une durée de trois jours offert par Seneca College en Ontario ainsi que des contributions monétaires des sociétés Essential Turbines Inc. et Canadian Aviation Association of Colleges.

Michael Schuster, consultant principal et directeurs des opérations, Aviation Solutions à Guelph en Ontario, est l’heureux gagnant d’une montre aviateur gravée de la collection des montres d’Hamilton.

De gauche à droite : Michael Schuster, Principal Consultant & Directeur d’Ops Aviation Solutions, et Thomas Sandrin, Hamilton Watches.

Gregory Worboys, instructeur de vol en chef, Gander Flight Training à Terre-Neuve, pourra participer à l’atelier sur les systèmes en gestion de sécurité de l’ATAC, présenté par Mike Doiron, consultant de Doiron Aviation ainsi que des contributions monétaires des sociétés Essential Turbines Inc. & CAAC.

De gauche à droite : Lynne McMullan, School of Aviation, Seneca College et Présidente de CAAC, présent le cheque CAAC à Gregory Worboys.

De gauche à droite : Wayne Gouveia, VP Commercial General Aviation, présent le cértificat ATAC pour un atelier SMS à Gregory Worboys, CFI Gander Flight Training. Photo : Perry Beaton

DCAM Recipiendaire 2011

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

2010 – Récipiendaire

Le huitième récipiendaire du PRIX COMMÉMORATIF DAVID CHARLES ABRAMSON POUR L’INSTRUCTEUR DE VOL – SÉCURITÉ AÉRIENNE pour l’année 2010 est :

WILLIAM SUTHERLAND DE MONCTON FLIGHT COLLEGE

Cette année il revient à un jeune homme dont les réalisations exceptionnelles à ce jour et le potentiel remarquable laissent augurer du meilleur pour l’avenir de la sécurité aérienne au Canada. Son sens de l’initiative, son intégrité, ses compétences techniques et son souci de l’excellence ont joué un rôle de tout premier plan pour que le processus d’accréditation de Moncton Flight College fasse de cette école de pilotage le premier organisme accrédité au Canada. Cela était nécessaire pour que MFC et son partenaire CAE puissent mener à bien la première formation aboutissant à la licence de pilote en équipage multiple en Amérique du Nord.


De gauche a droite: Wayne Gouveia, vice-président de l’Aviation commerciale et général et VP Prairie & Northern, ATAC; William Sutherland, récipiendaire; Jane Abramson

De gauche à droite; William Sutherland, récipiendaire; Tim Mell, Directeur de l’Aviation commerciale chez Sennheiser


De gauche à droite: Alison de Groot, Associate Publisher, Wings & Helicopters Magazines; William Sutherland, récipiendaire.


De gauche à droite: Tasneem Hashmi, Assistant Centre Manager, FlightSafety; William Sutherland, récipiendaire; Gail Greenwood, Product Marketing Manager, FlightSafety Canada.

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

Plus tôt mentions honorables et bénéficiaires

Deanna Wiebe: Grâce à la mention honorable que j’ai reçue pour le Prix de l’instructeur de vol – sécurité aérienne, j’ai finalement pu profiter de cette occasion formidable qui m’a été offerte. J’ai eu le grand plaisir de prendre part au cours de recyclage d’instructeur de vol offert par le Collège Seneca à Toronto du 28 février au 2 mars 2011. J’ai également participé au cours de perfectionnement professionnel le 3 mars dernier.
    Ce fut une expérience très enrichissante qui m’a permise de trouver de nouvelles idées et un enthousiasme renouvelé pour l’instruction de vol. Je suis emballée à l’idée de continuer à améliorer la sécurité au sein de ma propre école et d’améliorer ainsi la sécurité dans la communauté d’aviation. Ce sont des endroits comme ceux-ci qui nous permettent – nous les instructeurs – de rencontrer et mettre au défi nos pairs afin de modifier et d’améliorer la façon dont nous approchons l’instruction qui mène à une sécurité accrue pour tous les pilotes.
    Grâce au Prix DCAM, j’ai eu le grand plaisir de participer au cours à Toronto. Le fait de rencontrer d’autres instructeurs de différentes écoles et d’écouter leurs histoires de réussites m’a permis de me rappeler à quel point j’aime mon métier d’instructeur de vol. Il existera toujours de nouvelles façons emballantes de développer nos méthodes d’enseignements aux nouveaux pilotes. La communauté de l’aviation est solidifiée lorsque la sécurité aérienne est prise en charge par nous tous.
Deanna Wiebe, Chef-adjointe en instruction de vol, Bissett School of Business, Mount Royal University.


AARON SPEER : Lors de son entrevue avec First Air, ils lui ont demandé quel avait été « son plus grand accomplissement dans l’aviation » et sa réponse fût : « D’être choisi parmi les candidats pour le Prix commémoratif DCAM pour l’instructeur de vol en sécurité aérienne. Il est primordial pour moi d’être reconnu auprès de mes paires et de mes étudiants. Leur soutien m’a permis de réaliser que je faisais la bonne action, de la bonne façon et pour la bonne raison. »


GRAHAM SHEPPARD : « En tant que récipiendaire du Prix DCAM, j’ai été extrêmement reconnaissant et heureux que les gens ont reconnu le fait que l’instruction peut représenter une carrière professionnelle respectable et enrichissante. Cette reconnaissance a certainement contribué à maintenir ma concentration et ma motivation pendant les périodes occupées de notre industrie. »


CLARK DUIMEL : « Un des événements marquants de ma carrière a été de recevoir le Prix commémoratif DCAM pour l’instructeur de vol en sécurité aérienne. J’ai également fait plus ample connaissance avec la famille Abramson et j’apprécie leur engagement pour reconnaître les répercussions que peut avoir un instructeur de vol à l’égard de l’avenir de ses étudiants. Des récompenses comme ce prix nous permettent de promouvoir notre carrière et de vous démontrer combien elle est enrichissante et satisfaisante. »


SIMON GARRETT : « En tant qu’instructeur de vol et fervent défenseur de la sécurité aérienne, le simple fait d’être parmi les candidats est un honneur. Cette nomination ainsi que ma participation à différents séminaires et rencontres liés au domaine de l’aviation, me permettent de promouvoir la sécurité aérienne et l’aviation en général avec plus de crédibilité.


De plus, sachant que le Rockcliffe Flying Club a un candidat au DCAM parmi son personnel, les étudiants sont encore plus confiants de la formation qu’ils reçoivent. »

J


JOHN ROBERTSON : « Le Prix commémoratif DCAM pour l’instructeur de vol en sécurité aérienne est important, non seulement en l’honneur du jeune homme, fils et instructeur dévoué qui a consacré sa vie à ce qu’il croyait fermement, mais également pour la reconnaissance du professionnalisme et du dévouement des autres instructeurs ayant des qualités similaires. D’être reconnu de cette façon, particulièrement par ses pairs, est un honneur et une expérience formidable. Les avantages de gagner ce prix serait la validation que vous procurez à vos étudiants en démontrant votre leadership et la qualité d’éducation dans un environnement en constante évolution, une validation tout à fait différente du renouvellement ou changement de niveau d’instructeur. C’est grandement gratifiant pour l’âme et l’esprit. »


BOB HENDERSON : « La famille Abramson a courageusement conservé notre sensibilisation aux efforts héroïques de David en créant une influence positive sur les étudiants d’aujourd’hui et leurs programmes de formation. Puisque nos étudiants apprennent dans ce type d’environnement conscientisé, ils feront sans aucun doute la promotion pour une sécurité, un professionnalisme et une approche méthodique sur tous les aspects de l’aviation au Canada et partout dans le monde. »


HARVEY PENNER : « Les avantages de ce prix pour moi seraient la reconnaissance de près de quarante ans d’instructeur en aviation, un domaine il y a très peu de reconnaissance à cet égard. Ce serait certainement un grand honneur que de recevoir ce prix à la réunion de l’ATAC en compagnie d’autres instructeurs et pilotes.
     Ce serait également un honneur de rencontrer la famille Abramson. Lorsque je pense à l’origine de ce prix, la tristesse m’envahit… je suis père de trois garçons et je ne peux m’imaginer ce qu’ils ont dû vivre à la perte de leur enfant. Malgré tout, j’admire le fait qu’ils ont réussi à transformer cette tragédie en un événement positif. »


WILLIAM SUTHERLAND : « Il s’agit d’une réussite personnelle à vie pour moi. Je suis très honoré d’être parmi les candidats au prix dédié à la mémoire de David Charles Abramson, en plus d’être en compagnie d’anciens et de futurs pairs qui partagent la même vision et caractéristiques comme candidats. Nous sommes tous maintenant des exemples en matière de sécurité aérienne progressive dans tout le pays et partout au monde.
     Le fait de recevoir le prix me permet de procurer une réassurance au personnel et aux étudiants de MFC, en plus de démontrer le sens du leadership de la compagnie – comme une équipe et comme des individus – ainsi qu’une unité compétente dévouée à leur sécurité. »

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

2009 – Récipiendaire

Le septième récipiendaire du PRIX COMMÉMORATIF DAVID CHARLES ABRAMSON POUR L’INSTRUCTEUR DE VOL – SÉCURITÉ AÉRIENNE pour l’année 2009 est :

HARVEY PENNER, de HARV’S AIR

Cet aviateur passionné et instructeur de vol extraordinaire a consacré près de quarante ans de sa vie à la formation de pilotage et à l’aviation en général. Il a contribué avec succès à guider et à élargir les horizons de ceux et celles qui traversent la porte d’entrée de son école. Un de ses élèves mentionne : « C’est une personne exceptionnelle qui a vécu toute sa vie pour réaliser les aspirations de ses élèves. » Une sorte d’icône accessible qui est toujours prêt à discuter et à partager ses grandes connaissances sur le plan de l’aviation.

Cette année nous remettons notre prix à un homme dont la passion et le talent constituent un héritage unique pour la jeune génération de pilotes et pour l’avenir de l’aviation au Canada et qui a créé une structure à même de faire vivre cet héritage.

Il est président et instructeur de vol en chef de Harv’s air au Manitoba : www.harvsair.com.

2008 winner

De gauche à droite : Harvey Penner, recipient, Jane & Rikki Abramson, Wayne Gouveia, VP., Commercial General Aviation, ATAC.

De gauche à droite : Jane Abramson, Martin Eley, Director General Civil Aviation, Transport Canada, Harvey Penner, recipient.

Share
Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone